L’écoute active, un joli mot, mais qui veut dire quoi exactement ?

On  parle d’écoute active aux commerciaux, aux professionnels de santé, aux thérapeutes, aux coachs, à toutes celles et ceux qui ont quelque chose à vendre… On leur explique que grâce à elle, ils comprendront mieux leurs clients, qu’ils feront plus de ventes ou auront de meilleurs relations avec leurs patients, leurs clients.

Mais l’écoute active, ça consiste en quoi précisément ?

Pour ma part, je m’autorise d’emblée à changer le mot contre écoute attentive qui me semble plus approprié.

Pour moi la bonne écoute et celle où j’ai la volonté de comprendre ce que me dit mon interlocuteur et je m’efforce d’être concentré à 100 %, voire même à 200 % sur ce qu’il me dit avec ses mots , mais aussi avec son corps, avec le ton de sa voix. C’est celle où je suis concentré sur ce qu’il ne dit pas mais qu’il témoigne dans ses mouvements, ses clignements d’oeil, ses battements de jambes, ses bras serrés… . Ce serait être attentif à tout ce qui se dégage de mon interlocuteur en quelque sorte.

L’écoute active, ça pourrait  aussi être l’écoute sincère, faire ressentir à notre interlocuteur qu’il est écouté, compris, entendu, important, plus que notre téléphone, notre ordinateur ou tout autre interférence. Ce serait grâce à notre écoute, renforcer son sentiment d’exister, d’appartenir à un groupe, le groupe de deux que nous formons le temps de la conversation.

Cette écoute là, est donc une écoute décidée et choisie, en ce qui me concerne, car naturellement j’avoue qu’en écoutant, chaque idée m’en donnant une autre, je peux avoir mille choses à dire pour chaque chose que l’on me dit. Le choix est donc d’écouter et d’écouter plus profondément en posant de questions de précisions, de détails, d’intérêt sincère et de rejeter tout envie de parler de soi. Quand on écoute, on ne parle pas.

Il me vient d’ailleurs à l’esprit la fameuse phrase que beaucoup d’entre vous connaissent « j’ai deux oreilles et une bouche c’est pour écouter deux fois plus que de parler !  »

Au final, notre interlocuteur est ravi d’avoir été sincèrement écouté et moi ravie de me rappeler ( même sans prise de note), grâce à toutes les précisions données de chaque personne et de chaque moment.

L’écoute sincère permet donc aussi, de mémoriser plus facilement l’échange, et de faciliter les rencontres ultérieures.

Votre influence s’en trouve d’ailleurs grandit, les gens trouvent toujours plus sympas les personnes qui les ont écoutés.
J’ai d’ailleurs toujours en tête cette anecdote que l’on m’a rapporté lors d’un séminaire commercial :

Un de mes collègues a décidé d’expérimenter l’influence de l’écoute en passant une soirée entière à ne poser que des questions et ne rien dire du tout le concernant . Il était invité avec son épouse pour un repas chez des amis, une dizaine de personnes étaient présentes et il a tenu son engagement. En rentrant, son épouse, non informée du test, lui a manifesté son mécontentement en lui indiquant qu’il aurai quand même pu faire l’effort de parler un peu plus avec les personnes invitées. Le lendemain l’hôtesse qui recevaient les invités a appelé l’épouse de mon collègue pour lui dire à quel point tout le monde avait adoré son mari et l’avait trouvé extrêmement intéressant  !!! Et il n’avait rien dit, il n’avait fait qu’écouter !

Ecouter est donc dans ce cas égal à Etre intéressant  !!!!

L’écoute attentive c’est aussi l’écoute sans jugement, c’est celle qui nous ouvre sur d’autres mondes, d’autres paradigmes, la vision des autres en supprimant au maximum les filtres de notre vision du monde.

C’est l’écoute emphatique qui nous fait comprendre les enjeux dans le discours de notre interlocuteur et de mieux lui répondre ou de mieux le servir, c’est celle qui nous permet de créer un lien réel. J’ai entendu récemment qu’une étude américaine aurai déterminé que les médecins emphatiques seraient moins poursuivis lors d’erreurs médicales que les médecins qui auraient fait leur job sans renvoyer à leurs patients le sentiment de les écouter.

Finalement c’est tout un art, c’est une compétence évidente et ça demande de l’entrainement.

Mais je crois sincèrement que ça en vaut la peine, et vous qu’en pensez-vous ?

 

Catherine

Crédit photo : Edouard Boubat

Une réflexion sur “L’écoute active, un joli mot, mais qui veut dire quoi exactement ?

Laisser un commentaire