Le Blog collaboratif

Un management humaniste ? Utopie ou nécessité ?

Pour ma part, le choix est fait ! Je ne vois pas d’autre manière pour moi de vivre, qu’en respectant, en écoutant et en considérant mon prochain. Je ne vois pas d’autres manières de vivre qu’en démontrant, que l’on peut, en orientant ses pensées vers des buts, des rêves, des croyances, positifs, obtenir pour soi et pour tous, le meilleur.

Quoi qu’il arrive je préfère faire ce choix, car mes pensées et actions d’aujourd’hui sont les fondations de mon avenir.

Quitte à choisir, je choisis des fondations sur l’optimisme, la bienveillance et le respect. Je choisis d’avoir confiance en mon prochain et de lui reconnaître ses talents.

Cicéron disait : «  Les chefs doivent tout rapporter à ce principe, ceux qu’ils gouvernent doivent être aussi heureux que possible »

Manager et leader, de moi même et de toutes celles et ceux qui souhaitent faire équipe avec moi, je me dois de les considérer comme uniques, talentueux, indispensables et encore plus talentueux quand ils sont en synergie, en interdépendance.

Aujourd’hui, le hasard m’a fait lire un extrait du livre

« Révéler les talents enfouis

Une approche humaniste et bienveillante des relations manager-managé »

Un livre De Jacques Lebeau  (Auteur) Isaac Getz  (Préface) Thierry Boiron  (Postface) Paru le 20 novembre 2015 Etude (broché)

Comment renouer avec des résultats économiques durables en réduisant significativement les maux actuels de notre société : absentéisme, désengagement, bore out, burn in et burn out ? Cet ouvrage propose aux managers d’adopter une approche humaniste permettant d’atteindre l’épanouissement et l’excellence de leurs équipes en détectant et en amplifiant les Talents de chacun. (…)Cet ouvrage nous livre une méthodologie innovante et des outils originaux, généralisables à toutes les entreprises, en phase avec les évolutions du monde du travail de ce XXIe siècle. Citoyen français et canadien, Jacques Lebeau manage des équipes depuis près de 30 ans dans ces deux pays. A travers ce parcours international et un entrepreneurship mobilisateur, il a su se forger des valeurs et une identité de manager humaniste. Aujourd’hui, cadre dirigeant, c’est grâce à cette approche, résolument ancrée dans sa pratique quotidienne, qu’il obtient la meilleure efficience économique et opérationnelle en favorisant un management par les Talents qui tire profit de toutes les richesses humaines de ses collectifs. 

Ce qui m’a marquée dans l’écriture de ce livre, c’est la foi dans la responsabilité humaine du manager d’assurer le bien être et l’épanouissement au travail de ses collaborateurs.

Ce qui m’a aussi interpellée c’est le témoignage puissant, concret, réel, de la réussite sur le terrain d’un management par les talents.

Les auteurs nous préviennent, en France, mettre en place ce type de management ne sera pas simple. Il faudra de l’audace, du courage et prendre le « pouvoir » en négociant un maximum de marges de manœuvre.

Leur prérequis : « POUR MANAGER IL FAUT AIMER LES GENS, les respecter en tant qu’être humain, prendre le temps de les écouter, aimer les faire progresser, se développer, s’assurer de leur bien être au travail. Et évidemment revendiquer et appliquer « le droit à l’erreur », en se remémorant le proverbe français «  L’erreur est humaine, persévérer et diabolique » »

Je découvre dans cet extrait La fabrique Spinoza qui est un laboratoire d’idées politique et économique dont le but est d’organiser et promouvoir une recherche et une réflexion sur le bien être du citoyen, puis de formuler des propositions politiques ou citoyennes le favorisant.

Des études récentes menées par le laboratoire « La fabrique Spinoza » publiées dans un rapport d’avril 2013 (www.fabriquespinoza.org) ont mis à jour 7 tendances.

Tendance 1 :

Le statu quo, c’est à dire une crise économique et financière bien installée

Tendance 2 :

Un marché du travail dégradé, c’est à dire une crise qui détériore les conditions de travail

Tendance 3 :

Des collaborateurs en détresse, c’est à dire une souffrance importante et croissante au travail

Tendance 4 :

Des modes de fonctionnement (organisation du travail et des hommes, droit, management) anciens et inadaptés.

Tendance 5 :

Des avancées laborieuses en terme de RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) et de développement durable.

Tendance 6 :

Des nouvelles exigences des salariés, c’est à dire une montée en puissance de la génération Y

Tendance 7 : Une expansion de la recherche sur le bien être.

Sans étonnement, nous sommes à un tournant et l’existant ne correspond plus aux besoins. Les nouvelles aspirations des nouvelles générations bouleversent tous nos fondements et une remise en question s’avère nécessaire.

Aujourd’hui, on ne peut avancer sans donner du sens à nos équipes, la génération Y (Nés entre 1981 et 1995) surnommée la génération Why avait déjà donné le ton avec son impatience, sa volonté de tout comprendre et son exigence en terme d’autonomie et de créativité. Cette génération issue de la culture internet nous a déjà montré son fort besoin de reconnaissance de ses talents.

Aujourd’hui, les auteurs nous parlent de la génération suivante, la génération Z, les zappeurs, nés après 1995. On imagine en effet le bouleversement transgénérationnel de la venue dans nos équipes de cette génération.

Cette génération franche, passionnée, ultra connectée, vit dans l’immédiateté et a besoin d’être comprise et régulièrement nourrie de nouveaux défis pour ne pas sombrer dans l’ennui.

Un management innovant, par les talents, semble être, une nécessité si l’on ne veut pas subir le zapping de cette génération lucide qui n’hésite pas à aller chercher ailleurs ce qui lui conviendra mieux.

Le livre nous propose plusieurs cas et expérimentations de ce management dans des collectivités ou en entreprise où des salariés ou agents démotivés se sont réinvestis dans le travail.

Cet extrait m’a donné envie d’aller plus loin dans cette lecture, cette expérimentation et ce partage. Si c’est aussi votre cas, nous serons ravis de partager vos avis sur le sujet, à la suite de cet article.

Merci de nous suivre

Catherine Meilleur-coaching le coaching qui vous rend meilleur

Reveler-les-talents-enfouis

crédit photo : Global management talents leaders

7 trucs pour ne pas lâcher votre objectif

« Beaucoup d’échecs de la vie ont été vécus par des personnes qui n’ont pas réalisé combien elles étaient proches du succès quand elles ont abandonné. »

Thomas Edison

1. Agir maintenant: il n’est pas nécessaire d’attendre le bon moment pour vous lancer car il n’y a pas de bon ou de mauvais moment. Agissez maintenant et repoussez les fausses ex cuses comme la situation n’est pas idéale, il me manque telle ou telle information, formation, compétence… Ecoutez votre motivation, votre envie, le reste viendra avec le temps. N’abandonnez jamais pour la simple raison que ce n’est pas l’instant parfait au risque de ne jamais rien entreprendre.

2. Le succès n’est pas instantané : tout le monde connaît l’expression « Paris ne s’est pas construit en un jour. » Et bien il en va de même pour votre objectif. Parfois cela avance tout seul, parfois vous avez l’impression de stagner (voire de régresser, si, si !!) mais même dans ces moments-là vous progressez, vous maturez. Ne soyez pas impatient, ne lâchez pas votre objectif de vue, faites-vous confiance et rappelez-vous que le plus important ce n’est pas tant la destination que le chemin pour l’atteindre.

3. Faites-vous confiance : pour être productif et avancer sur le chemin, choisissez de vous faire confiance, croyez en vos capacités, forces, compétences qui vous permettront de contourner les obstacles qui pourront se présenter. C’est aussi en faisant que l’on apprend et que l’on fait ainsi émerger de nouvelles ressources.

4. Ne vous laissez pas gagner par la négativité : « Je n’y arriverai pas » ; « c’est trop difficile » ; « la situation économique est mauvaise » (en même temps s’il fallait attendre que la situation économique soit bonne personne ne ferait rien depuis un moment !!). Quelles sont donc ces barrières que vous érigez vous-même ? Quelles sont les croyances qui vous paralysent et vous empêchent d’avancer ? Ne vous laissez pas affecter par ces idées négatives ou par les personnes qui peuvent vous les transmettre (rappelez-vous de l’Allégorie de la grenouille). Vous n’êtes pas parfait, personne ne l’est. Acceptez de ne pas savoir, de ne pas faire bien du premier coup, de faire des erreurs et d’apprendre de celles-ci, c’est comme ça que vous progresserez.

5. Sortez de votre zone de confort : peut-être est-ce par là que j’aurais du commencer ?! Vous pourrez difficilement avancer et réussir si vous continuer à faire ce que vous savez faire sans vous mettre en posture d’apprentissage, à savoir sortir de votre zone de confort. Avoir un projet, quel qu’il soit, peut signifier qu’il va vous falloir apprendre à désapprendre pour apprendre à nouveau. Sortir de sa zone de confort, c’est découvrir de nouvelles possibilités, de nouveaux horizons, faire des découvertes sur soi et ses capacités à aller puiser dans ses ressources. Sortir de sa zone de confort, c’est faire de nouvelles expériences, c’est là ou la magie opère !

(Vous pouvez mettre les sous titres de cette excellente vidéo en français en modifiant les paramètres de la vidéo)

6. Restez focalisé : ne vous comparez pas aux autres, il n’y a rien de plus démotivant (je sais de quoi je parle !). Se comparer aux autres est une très mauvaise manière de dépenser votre temps et votre énergie et surtout c’est une source de dévalorisation. Vous avez vos propres compétences, votre propre parcours qui fait de vous une personne unique. Alors, s’il vous plaît, ne vous égarez pas, restez focalisé sur votre objectif, cherchez l’inspiration pas la comparaison.

7. Résistez à vos peurs : votre objectif vous l’avez, vous le tenez, vous avez envie d’y aller mais  en même temps il y a de l’incertitude qui elle génère de l’anxiété, sentiment relié à l’émotion « peur ». Plus vous aurez d’émotions négatives comme la peur, plus vous perdrez de vos capacités. Alors pratiquez la politique des petits pas, une chose après l’autre qui vous permettront de générer plus facilement du succès et de ce fait des émotions positives sources de capacités intellectuelles accrues.

Pour ceux d’entre vous qui se sentent simplement découragés parce que vous avez l’impression que personne ne croit en vous, sachez que moi je crois en vous. Je crois que vous pouvez faire ce que vous avez décidez de faire, parce que vous avez les ressources pour le faire, pour contourner, dépasser les obstacles qui peuvent se dresser sur votre chemin.

Alors comment allez-vous résister et ne pas lâcher votre ou vos objectif(s) ?

Patricia

Contributrice www.meilleur-coaching.com Le coaching qui VOUS rend meilleur

L’allégorie de la grenouille

A la fin du livre de Laurent Gounelle « l’homme qui voulait être heureux » (dont je vous recommande vivement la lecture), Julian, le personnage principal, dit à une petite fille :

« Andy, ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable. C’est à toi de choisir et de vivre ta vie. »

Pour illustrer ce propos, je vous propose de lire ce petit texte amusant :

« Il était une fois une course de grenouilles.

L’objectif était d’arriver en haut d’une grande tour.

Beaucoup de gens se rassemblèrent pour les voir et les soutenir.

La course commença.

En fait, les gens ne croyaient pas possible que les grenouilles atteignent la cime et toutes les phrases que l’on entendit furent de ce genre :

« Inutile, elles n’y arriveront jamais! »

Les grenouilles commencèrent peu à peu à se décourager, sauf une qui continua de grimper et les gens continuaient :

« … vraiment pas la peine, elles n’y arriveront jamais!… »

Et les grenouilles s’avouèrent vaincues, sauf une qui continuait envers et contre tout…

A la fin toutes abandonnèrent sauf cette grenouille qui, seule et au prix d’un énorme effort, rejoignit la cime. Les autres stupéfaites voulurent savoir comment elle avait fait.

L’une d’entre elles s’approcha pour lui demander comment elle avait fait pour terminer l’épreuve.

Et découvrit qu’elle……

…. était sourde! »

Que nous apprend cette histoire ? Eh bien qu’il est souvent bon de savoir rester sourd aux influences extérieures.

Ecoutez votre coeur et vos désirs, et chercher en vous les ressources nécessaires pour atteindre vos objectifs afin d’être créateur et acteur de votre vie.

Ne croyez pas tout ce qu’on vous dit, ce n’est pas forcément votre réalité!

Patricia

Contributrice www.meilleur-coaching.com Le coaching qui VOUS rend meilleur

Ah tu sais monter un placard ?

Non, mais je sais lire une notice !

Une petite histoire vécue avec ma grand-mère totalement interloquée de me voir monter le placard que je venais de lui acheter.  Une petite histoire remontée à ma mémoire récemment lors d’une discussion sur le sentiment pour certains d’entre nous de pouvoir tout faire !

Alors pourquoi certains bloquent, et d’autres foncent sans se poser de question?

Pourquoi certains ne savent pas  qu’ils peuvent simplement lire la notice et suivre les instructions?

« Ce n’est pas possible, il n’y a pas de solution, je bloque »

  • Parfois malgré la motivation, on peut bloquer et penser que l’on ne peut aller de l’avant alors même que techniquement on a les qualités pour avancer. On pourrait parler de compétence inconsciente qu’en pensez-vous ? Car en réalité, tout le monde (ou presque) peut lire une notice.

Pourtant beaucoup croient qu’ils ne peuvent pas faire des choses nouvelles.

Vous avez tous entendu parler de résistance au changement ?

Le  changement, ce grand inconnu, qu’on imagine toujours pire que la
situation actuelle.

« Je préfère rester dans ce que je connais, j’ai peur de l’inconnu ».
« Ma vie  même totalement inconfortable me fait moins peur que ce que je ne
connais pas encore. »

Ca peut être aussi la peur d’être jugé en faisant des choses non conformes à
l’image que les autres nous demandent de renvoyer. « Une fille qui monte un
placard? mais dans quel monde vivons-nous ? »

Ca peut être la croyance qu’on ne peut pas faire certaines choses. « C’est
impossible que je puisse monter un placard, je l’ai jamais fait, j’y arriverai
jamais ». On parle de croyance limitante.

Ca peut être de mauvaises expériences, je veux dire des expériences que l’on a
pas réussi à classer dans les apprentissages constructifs et que l’on garde
comme preuve qu’il vaut mieux ne rien faire que l’on ne connait pas. « La
dernière fois que j’ai tenté d’utiliser un marteau, je me suis blessée »

Ca peut être aussi l’éducation, les personnes référantes qui ne l’ont jamais fait
« Ma mère ne l’a jamais fait ! Pourquoi le ferai-je ? »

Bref les excuses ne manquent pas pour ensevelir les possibilités d’action et
pour certains la non action devient même une habitude.


« Je peux tout faire, il me suffit d’apprendre »

  • Pour d’autres c’est un peu l’inverse, ils vivent dans un monde où tout est possible, en réalité, pour la plupart ils ont simplement une autre croyance . « Un placard à monter ? Super encore une occasion d’apprendre ! »

images

Ce ne sont pas des super héros, mais simplement des personnes qui ont dépassé
les freins qui bloquent les autres, qui ont conscience de leurs ressources et les
utilisent pleinement. « Je sais lire, je sais où trouver l’information, je sais que je
peux me tromper et recommencer, j’ai le droit d’être différent et ne suis pas
obligée d’être  conforme aux attente de mon entourage quand elles sont
contraires à mes valeurs, mes envies ou mes besoins, j’ai le droit d’être moi
même.


« Quelqu’un peut m’aider à y voir plus clair ? Je voudrai avancer ! »

  • Et si certains ne savent pas qu’ils sont capables de grandes choses, ou tout du moi qu’ils sont bien plus capables qu’ils ne l’imagine c’est tout simplement parce qu’ils ont besoin qu’on leur dise. Ils ont besoin d’être encouragés, valorisés. Ils ont besoin d’échanger sur leurs expériences pour passer aux étapes suivantes.
    Ils ont besoin d’un regard extérieur sans jugement qui les aide à simplifier les situations.

38884268-cartoon-montrant-comment-encouragement-am-lior-l-homme-d-affaires-opprim-s-banque-dimages


Et vous ? Etes vous bloqués dans la non action malgré la motivation ?

Ou avez vous une personne qui vous aide à progresser ?

Ou Etes vous déjà en mode je peux tout faire (Ou presque)?

 

Catherine

www.meilleur-coaching.com le coaching qui VOUS rend meilleur.

 

crédit photo : femmes au 20 ème siècle  et 123 RF

 

 

Autorise-toi à être heureux en 2017

Il est encore temps de souhaiter nos vœux …..il paraît que j’ai jusqu’au 31 Janvier pour le faire. Alors j’aimerais vous partager ce qu’il y a dans mon cœur aujourd’hui. Mon vœu pour vous se résume à cette phrase: « Autorise toi à être heureux en 2017 ».

Je vous souhaite d’accepter cette idée que vous avez le droit au bonheur , qu’il y a un coin de paradis qui se cache dans les moindres recoins de nos vies. Que cette idée fasse chemin en vous pour vous ouvrir de nouvelles perspectives, pour occasionner de belles rencontres , des expériences « waou » et un puissant enrichissement personnel.

S’autoriser au bonheur , c’est ouvrir la porte à son passé s’il vient frapper et  l’accueillir afin de se réconcilier avec lui.Je vous souhaite d’en tirer les leçons nécessaires et de passer à autre chose. Qu’il soit pour vous un tremplin pour avancer et non un poids qui vous tire vers le bas.

S’autoriser au bonheur, c’est trouver SA définition du bonheur ; pas celle des médias , ou encore celle héritée de son éducation , sa famille , ni celle de ses amis.

image-texte-autorise-toi-a-etre-heureux

S’autoriser au bonheur c’est croire que nous avons de la valeur et décider d’investir en soi pour cheminer vers un mieux être. Je vous souhaite de retrouver ce chemin et d’être en paix avec vous même afin d’être en paix avec les autres.

S’autoriser au bonheur c’est sortir de l’illusion que les autres doivent nous rendre heureux. Vous êtes la personne la mieux avisée sur ce sujet. Vous savez ce qui vous rend heureux , ce qui vous fait vibrer. Je vous souhaite de réaliser que vous avez le pouvoir de changer votre vie en posant des actes DE BONHEUR au quotidien. Alors reprenez avec joie la responsabilité et le privilège de choisir ce qui est bon pour vous.

S’autoriser au bonheur c’est s’accepter tel que nous sommes en nous focalisant tout d’abord sur tout ce qui va bien dans nos vies, sur nos victoires et nos plus beaux accomplissements, et aussi en acceptant de reconnaître nos forces , nos compétences , nos dons et nos talents. Je vous assure qu’il y a tout ça dans votre vie; et je vous souhaite de le découvrir car c’est de là que vous pourrez puiser l’énergie , l’enthousiasme , la motivation, la créativité  et la passion de persévérer dans les challenges de votre vie.
N’attendez pas le bonheur car c’est lui qui vous attend.  Il ne demande qu’à faire partie de votre vie . Alors, le laisserez vous entrer ?

Marisca Harel
www.meilleur-coaching.com

Réveillons la Reine qui est en nous

Réveillons la Reine qui est en nous

Quand un mot , un post sur les réseaux sociaux ou une image me touchent , ça donne un article…….Je le dédie à Christine Deloupy qui m’a inspirée avec le poste et l’image ci-dessous :

« Ouf! J’ai retrouvé ma couronne et ma baguette de fée! Je peux officiellement commencer ma semaine! Belle journée à tous!! »

20161218_185133

Plus je méditais sur cette photo et cette phrase, plus je percevais la vérité sous-jacente: quand nous étions petites, nous rêvions d’être des princesses, des fées, des reines ; mais sur le chemin, nous avons perdu notre baguette et notre couronne.

Laissez-moi vous ramenez dans l’enfance.

Que signifiait alors avoir une couronne et une baguette magique?

Nous pouvions nous imaginer un monde extraordinaire où tout était possible. Nous faisions d’ailleurs partie de ce monde et nous étions exactement la personne que nous désirions être. Nous avions le pouvoir de changer n’importe quelle situation pour la rendre meilleur , de créer un monde merveilleux dans lequel tout le monde vivait en harmonie avec soi et avec les autres.

Nous faisions du bien aux autour de nous et ce bien nous revenait démultiplié.Même la nature coopérait volontiers à nos projets car nos cœurs avaient de bonnes intentions. Nous étions en communion avec elle, nous l’aimions et la respections, et elle nous faisait don de ses largesses.

Nous avons perdu ce côté de l’enfance qui pourtant est nécessaire à mon sens. Il nous permet de faire exploser nos limitations afin de continuer de rêver grand et d’accomplir nos rêves.

Que s’est-il passé entre l’enfance et notre période adulte?

Nous avons tous été contaminés par la maladie de « Ce n’est pas possible » . Elle se traduit par les symptômes suivants : imagination qui marche au ralenti , du mal à imaginer et à rêver en grand,  peur d’être nous même , perte de notre estime de soi , de notre confiance en soi , et de notre identité , du mal à interagir avec le monde environnant , que ce soit les autres ou la nature , perte de notre raison de vivre et de de cette flamme passionnée de faire du bien autour de nous.

Il s’agit d’un virus qui se propage dans la société et nous nous contaminons les uns les autres. Nous avons tous attrapé cette maladie spirituellement transmissible qui nous a dit et nous répète sans cesse  « Ce n’est pas possible » lorsque nous tentons de nous aventurer hors de notre zone de confort. Elle insiste en disant que ce sont des contes de fées , que tout ça ne peut pas exister , que c’est la vie et qu’on n’y peut rien, que ce n’est pas pour nous étant donné que d’autres y arrivent car ils sont faits pour ça…….etc.

Heureusement il y a un remède à cette maladie et je suis ravie de vous le partager.

1. Retrouvons notre couronne et posons la sur nos têtes…..n’attendons pas que les autres le fassent pour nous. Notre bonheur dépend de nous.

Retrouver sa couronne signifie se réconcilier avec soi même , c’est retrouver notre identité, c’est trouver ce qui vibre en soi et devenir la meilleure version de soi-même.

Retrouver sa couronne , c’est retrouver cette relation équilibrée de soi à soi en étant bienveillant avec nous mêmes dans nos manquements et en célébrant toutes nos victoires. C’est oser être avant de faire.Ainsi , il devient plus aisé de faire, car nos actions sont parfaitement alignées avec notre être.

Retrouver notre couronne c’est se reconnecter à cet enfant qui osait rêver, qui croyait que « tout est possible, il suffit d’y croire très fort et d’aller chercher ce que l’on veut ».

Retrouver notre couronne c’est se reconnecter à cette force qui nous dépasse, cette énergie, la Providence, l’Univers , Dieu, selon comment vous le nommez , et croire que vos ressources sont inépuisables, et que vous allez y arriver.

2. Retrouvons nos baguettes magiques et transformons ce qui nous entoure.

Retrouver sa baguette magique c’est réaliser que nous sommes maitres de notre destin, que nous avons le pouvoir de décider de certaines circonstances, et de créer des opportunités qui nous amèneront vers notre vie rêvée.

Comme une reine , une fée , retrouver sa baguette magique c’est croire que ce que nous avons décidé , imaginé va se réaliser d’une manière ou d’une autre . C’est aussi prendre en considération que cela ne se présentera pas forcément comme on le veut et quand on le veut , mais que ce qui se présentera , arrivera en temps voulu et dépassera nos attentes.

Retrouver sa baguette magique c’est découvrir que nous avons deux options face à un contre temps ou un obstacle :  faire face et surmonter, ou se soumettre et retomber dans une attitude de victime avec tous les discours négatifs qui en découlent.

Retrouver sa baguette c’est aussi prendre la décision chaque matin de sourire quoi qu’il arrive et de recourir à tous les moyens pour protéger jalousement ce sourire. Pourquoi ne pas s’isoler pour respirer et reprendre le contrôle de ses émotions , aller faire un tour pour évacuer le stress , danser , aller faire un footing, méditer , écouter de la musique entraînante ou douce , peindre , écrire ….autant d’outils qui peuvent nous aider dans notre décision de garder le sourire en toutes circonstances.

Retrouver sa baguette magique c’est se rendre compte que nous avons un trésor à offrir au monde , c’est œuvrer à partager ce trésor afin non seulement de donner un sens à notre vie, ne plus la subir, et inspirer d’autres à briller de même dans leur couloir.

J’espère avoir éveiller en vous le désir de retrouver votre baguette magique et votre couronne pour commencer la semaine avec une nouvelle perspective. Et pourquoi pas commencer à réfléchir à ce que vous allez faire de 2017 avec cette baguette magique et cette couronne 🙂

Marisca Harel

Contributrice www.meilleur-coaching.com

YES YOU CAN

Cet article a été écrit par tous les coaches de l’équipe, il sera complété par les coaches qui nous rejoindront.

Nous avons demandé à chacun d’écrire sur sa vision de « Yes you can »

Voilà la vision de Catherine :

15137500_10154852421408489_4685489533115013926_o
Yes YOU can !

Pour moi Yes You can c’est Donne toi la permission, Autorise-toi, ne laisse pas les autres décider à ta place de ce que tu es.  Autorise toi à imaginer ta vie suprême. Autorise toi à rêver de la version suprême de toi même dans cette vie suprême, autorise toi à croire que c’est possible. Tous les possibles commencent par la croyance ! Mais avant la croyance il y a la permission. Beaucoup de gens se limitent tout seul. Beaucoup de personnes sont championnes de limitation, pourquoi ? Parce que bizarrement le succès fait peur. Et oui, dans cette vie, nous sommes peu à être préparés au succès. 

On parle même pour certains du syndrome de l’imposteur. Ces personnes expriment une forme de doute maladif qui consiste essentiellement à nier la propriété de tout accomplissement personnel. Ces personnes rejettent donc plus ou moins systématiquement le mérite lié à leur travail et attribuent le succès de leurs réalisations à des éléments qui leur sont extérieurs (la chance, un travail acharné, leurs relations, des circonstances particulières). (Source wikipedia)

Yes YOU can !

Oui tu peux t’autoriser à croire que tout est possible

Oui tu peux tout faire pour prouver que tu as raison, tout est possible

Oui tu es méritant de tout ce que tu as mis en oeuvre

Oui tu peux te tromper, apprendre de tes erreurs et recommencer

Oui tu peux demander de l’aide pour y arriver

Oui tu peux te féliciter d’y être arrivé

Oui tu peux aimer la personne que tu es

Oui tu peux t’améliorer sans cesse

Oui tu peux être heureux à l’avance, de tout ce que tu vas mettre en place pour une vie qui te correspond, en écologie avec toi même !

Yes YOU can!

à vos côtés pour vous encourager, 

Catherine

 

Voilà la vision de Marisca: 

15439835_175416376261222_48064838494266871_n
Yes YOU can !

La philosophie YES YOU CAN, c’est pour moi , vous introduire dans un monde de possibilités et vous aider à réaliser qu’impossible est une opinion , comme disait Mohammed Ali.  C’est notamment l’opinion des autres , ce sont LEURS peurs ,  LEURS limitations , LEUR zone de confort. Cela peut également être une opinion dans laquelle vous avez vécu pendant longtemps. La bonne nouvelle c’est qu’aujourd’hui vous pouvez dire STOP , et sortir de ces schémas de pensées qui vous empêchent d’accéder à votre vie rêvée.

A l’origine de tout acte il y a une pensée. A l’origine de toute révolution , il y a une nouvelle pensée qui vient « renverser » l’ordre établi. YES YOU CAN,  c’est une profonde révolution intérieure qui vient renverser un ordre établi qui ne résonne plus avec vous. Elle vous amène à vous reconnecter à vous-même, à découvrir et accepter qui vous êtes réellement, à vous éveiller à votre vérité. Vous expérimenterez alors une pleine liberté , un plein épanouissement qui vous aidera chaque jour à poser des actes en accord avec ce qui vibre en vous et à créer cette vie rêvée , fantasmée , et imaginée.

YES YOU CAN , ce sont des solutions à explorer , c’est aussi votre capacité à changer les choses maintenant , ici. Car c’est le seul moment que vous avez; demain n’existe pas encore.

YES YOU CAN, c’est le potentiel qui est en vous , ce sont les talents que vous possédez et que vous pouvez utiliser au service d’une cause qui vous dépasse, afin de changer votre monde et celui des autres.

YES YOU CAN , c’est le pouvoir de vous relever après être tombé; cela résulte d’un choix , d’une décision.

YES YOU CAN, c’est la puissance de vos pensées à créer votre monde idéal mais aussi à vous renouveler et vous adapter à toute situation que vous rencontrerez sur le chemin vers votre vie idéal.

YES YOU CAN, c’est définir et créer son bonheur en reprenant la responsabilité de votre vie.  

Vous encourager , vous inspirer et vous motiver à rendre l’impossible possible est ma passion.

Marisca

 

 

 

 

Je vous souhaite de souhaiter

Cette année, j’ai décidé de ne pas attendre le jour de l’an pour partager encore et encore comme chaque année ce souhait que je fais pour nous tous, ce souhait que nous faisons au sein de meilleur-coaching pour tout le monde sur la planète.

Ce souhait, nos mots ne pourraient mieux l’exprimer que ceux de Brel, inusables, intemporels, exceptionnellement justes.

Nous vous souhaitons de ne jamais perdre l’envie de rêver, devant vous sont vos rêves, alors en avant pour les vivre !

Nous vous souhaitons de croire que vous avez toujours le choix, même dans les moments les plus compliqués, vous avez toujours le choix de croire qu’un jour meilleur vous attends, vous avez le choix de croire que vous êtes une personne importante qui peut tout tenter pour vivre ces rêves.

Jour après jour, petit pas après petit pas, vous avancerez et vous grandirez, vous vous rapprocherez de vous même, du vrai vous-même celui ou celle qui vous rendra heureux ou heureuse celui ou celle que vous serez fièr(e) d’avoir été(e)  à la sortie de votre vie.

Votre bonheur est entre vos mains, la vie est une table dressée, où il faut tendre les bras pour se servir, mettons nous en action, croyons que c’est possible, prouvons que c’est possible, refusons de nous laisser influencer par celles et ceux qui aiment entretenir la noirceur, mettons nous en mode solution !

Voilà le souhait que nous faisons, pour vous tous, à vos cotés pour vous soutenir,

Catherine et l’équipe de meilleur-coaching

www.meilleur-coaching.com Le coaching qui VOUS rend meilleur

« ….Le seul fait de rêver est déjà très important.

Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns.

Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier.

Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences.

Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil, des rires d’enfants.

Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir.

Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque.

Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie , à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable,  ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.

Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable. »

 

Jacques Brel

 

 

« Ton temps est limité, ne le gaspille pas à vivre la vie de quelqu’un d’autre. » Steve Jobs

Nous avons tous un idéal de vie. Et pour la plupart, nous nous attachons à le poursuivre. Cette citation de Steve Jobs m’interpelle sur la manière de le poursuivre et sur le fait qu’il soit en accord avec qui nous sommes réellement, afin d’éviter de mener une vie qui n’est pas la nôtre.

Bien que notre intention soit saine, j’aimerais explorer avec vous un aspect de cette quête qui peut nous écarter de notre but premier.  Vous est-il déjà arriver de jalouser une personne qui a ce que vous désirez ? Qui fait ce que vous désirez faire ? Qui vit ce que vous aimeriez vivre ?

C’est humain de ressentir de cette jalousie. Qui n’a jamais ressenti ne serait-ce qu’une infime pointe de jalousie ?  Cela dit, ce qui doit attirer notre attention, c’est lorsque nous entretenons un discours intérieur négatif à notre égard en comparaison à cette personne jalousée et que ce discours est récurrent.

 » Oh la la j’aimerais trop faire comme elle/lui « , « j’aimerais trop être comme elle/lui » ,  » je n’ai pas sa  force de persuasion  » sont ce genre de phrases qui peuvent nous hanter dans ces moments de jalousie. Si nous prêtons attention à ces paroles , elles signifient « je n’aime pas ce que je fais  » , » je ne m’aime pas  » ou « je n’ai pas ce qu’il faut « . Elles ne font que promouvoir l’autre et dégradent notre image de nous même et notre estime de soi.

Pendant que nous nous complaisons à mettre l’autre sur un piédestal, nous nous piétinons et nous faisons du sur place dans nos propres vies. Il se peut même, dans un cas extrême, que nous voulions tellement lui ressembler que nous commençons à adopter son langage, son style de vie, mais aussi vestimentaire.

Ainsi, nous gaspillons notre énergie et un temps précieux à mener une vie qui n’est pas la nôtre. Notre focus sur l’autre nous empêche d’aller à la découverte de notre identité, de découvrir notre potentiel, nos dons et talents, et par conséquent de construire une vie qui est en accord avec nos valeurs et croyances, une vie qui fait du sens.

 

gears-1660392__340

Nous passons inévitablement à côté d’une vie qui nous va comme un gant et qui nous fait vibrer. Un jour passe, des semaines passent, des mois passent et l’année suivante nous en sommes au même point. Notre vie n’a pas changé d’un iota. Nous n’avons pas passé le cap de l’envie pour passer à l’action et aller chercher ce qui nous fait vibrer.

Je suis convaincue que chacun de nous a une mission, un rêve, un appel, un projet de vie…peu importe comment vous le nommez.

Il y a quelque chose qui est fait sur mesure pour chacun de nous et qui n’attend que de s’exprimer.

Pour se saisir de cet idéal, et le vivre pleinement, nous allons devoir identifier ces schémas de pensées qui nous font tourner en rond. Se comparer ou s’inspirer : c’est l’enjeu !
Quand nous nous sentons nuls, tirés vers le bas, sans valeur et que notre voix ne compte pas, nous sommes en train de nous comparer. En revanche, quand nous nous sentons valorisés, que nous reconnaissons nos dons et talents ou que nous avons envie de nous surpasser afin d’atteindre nos objectifs, nous sommes dans l’inspiration.

La seule personne à qui nous pouvons nous comparer c’est nous même. Alors posons nous cette question essentielle à mon sens : « suis-je en train de m’approcher un peu plus de ma version suprême ? »

Oser prendre ce chemin, c’est s’autoriser à goûter à la liberté d’être soi.

Marisca Harel pour www.meilleur-coaching.com

Crédit photos : Pixabay

 

Je suis le PDG de l’usine de mon corps ! Et vous, bon ou mauvais manager de votre propre corps ?

Je suis le PDG  de l’usine de mon corps ! Et vous, bon ou mauvais manager de votre propre corps ?

Dans votre corps, des équipes qui tournent à fonds, motivées ?

Ou des grèves surprises, régulières, pour signifier au PDG qu’il abuse ?

Notre corps est une machinerie complexe qui demande de l’entretien !

Plusieurs équipes travaillent ensemble au bon fonctionnement du corps, par exemple :

  • L’équipe système respiratoire
  • L’équipe système circulatoire
  • L’équipe système digestif
  • L’équipe système nerveux
  • L’équipe système musculaire
  • L’équipe système squelettique
  • L’équipe système reproducteur
  • L’équipe enveloppe corporelle
    et bien d’autres…

et cette machinerie est tout à fait incroyable et  « A priori » indépendante puisque :

  • Le corps sait prendre seul les 23 000 respirations qui lui sont nécessaires chaque jour, dans une vie cela représente 700 millions de bouffées d’air
  • Le sang sait parcourir seul les 19 000 kMS qui lui sont prévus chaque jour
  • Chaque jour, le coeur produit assez d’énergie pour conduire un semi-remorque sur 30 kilomètres ! En une vie, cela équivaut à parcourir la distance aller-retour entre la Terre et la Lune.
  • Notre cerveau fonctionne mieux que n’importe quel ordinateur, il peut faire 38 billions d’opérations par seconde ! et il est capable de générer 25 watts à tout moment de la journée et de la nuit – l’énergie nécessaire pour allumer une ampoule. Il ne fait jamais de pause et travaille encore plus quand on dort. Les scientifiques disent qu’une personne a en moyenne 70 000 pensées par jour.
  • Il faudrait 63 caméras HD pour faire le travail d’un seul de nos yeux. Un œil peut distinguer environ 10 millions de couleurs différentes.
  • Les muscles de nos yeux savent se contracter seuls 100 000  fois par jour.
  • La peau, qui est le plus grand organe du corps, et elle se renouvelle sans arrêt. Environ 50 000 cellules tombent chaque minute, ce qui équivaut à plus de 18 kilos de peau dans une vie.
  • Le cerveau peut se souvenir seul de 50 000 odeurs différentes.
  • Nos muscles sont tellement puissants que notre force est limitée pour les empêcher de se déchirer.
  • Nous sommes les animaux les plus endurants de la planète
    et bien d’autres choses extra-ordinaires

(Sources internet et cerveau et conscience numéro 7 juillet aout 2016)

Partant de ce constat, je vous propose d’imaginer que ces équipes ont besoin d’un centralisateur, un PDG, quelqu’un qui les motive à continuer leur fonctionnement au mieux, quelqu’un qui les écoute (Etes vous à l’écoute de votre corps ?), quelqu’un qui les nourrit des meilleurs énergies  (Choisissez-vous ce qu’il y a de meilleur pour nourrir votre corps ?), quelqu’un qui comme tout bon manager prends soin d’elles en leur prouvant sa reconnaissance (Etes vous reconnaissant à votre corps d’un si bon fonctionnement ?)

Les pensées de gratitude (pour celles et ceux qui ne savant pas ce que c’est la gratitude, c’est l’inverse de l’ingratitude, c’est à dire remercier pour pour tout ce qui nous arrive de bon ou tout ce que nous avons de bon dans notre vie), pourraient par exemple, être tournées de temps en temps vers notre corps, qu’en pensez-vous ?

Les repas pris pourraient, l’être en pensant aux vrais besoins des équipes de l’usine de notre corps !

Des quantités d’eau suffisantes pourraient être bues pour encourager nos équipes systèmes?

L’entretien physique, ou l’entretien moral ou mental pourrait être une habitude pour garder la motivation de nos équipes internes…

Les plaisirs physiques ou mentaux pourraient être régulièrement organisés tout simplement pour remercier nos équipes internes.

Et les choses qui peuvent faire mal à notre corps comme par exemple, la pollution, la mal bouffe, le tabac, toutes sortes d’excès pourraient être surveillés comme des comportements de mauvais manager, prêt à perdre le contrôle des équipes.

Et le corps ne peut se permettre la moindre démission, la moindre mutinerie, s’il veut durer longtemps ou en tout cas être au top de sa forme pour répondre à toutes nos demandes…

Alors et vous comment managez-vous votre corps ??

Catherine Beaudouin www.meilleur-coaching.com