7 trucs pour ne pas lâcher votre objectif

« Beaucoup d’échecs de la vie ont été vécus par des personnes qui n’ont pas réalisé combien elles étaient proches du succès quand elles ont abandonné. »

Thomas Edison

1. Agir maintenant: il n’est pas nécessaire d’attendre le bon moment pour vous lancer car il n’y a pas de bon ou de mauvais moment. Agissez maintenant et repoussez les fausses ex cuses comme la situation n’est pas idéale, il me manque telle ou telle information, formation, compétence… Ecoutez votre motivation, votre envie, le reste viendra avec le temps. N’abandonnez jamais pour la simple raison que ce n’est pas l’instant parfait au risque de ne jamais rien entreprendre.

2. Le succès n’est pas instantané : tout le monde connaît l’expression « Paris ne s’est pas construit en un jour. » Et bien il en va de même pour votre objectif. Parfois cela avance tout seul, parfois vous avez l’impression de stagner (voire de régresser, si, si !!) mais même dans ces moments-là vous progressez, vous maturez. Ne soyez pas impatient, ne lâchez pas votre objectif de vue, faites-vous confiance et rappelez-vous que le plus important ce n’est pas tant la destination que le chemin pour l’atteindre.

3. Faites-vous confiance : pour être productif et avancer sur le chemin, choisissez de vous faire confiance, croyez en vos capacités, forces, compétences qui vous permettront de contourner les obstacles qui pourront se présenter. C’est aussi en faisant que l’on apprend et que l’on fait ainsi émerger de nouvelles ressources.

4. Ne vous laissez pas gagner par la négativité : « Je n’y arriverai pas » ; « c’est trop difficile » ; « la situation économique est mauvaise » (en même temps s’il fallait attendre que la situation économique soit bonne personne ne ferait rien depuis un moment !!). Quelles sont donc ces barrières que vous érigez vous-même ? Quelles sont les croyances qui vous paralysent et vous empêchent d’avancer ? Ne vous laissez pas affecter par ces idées négatives ou par les personnes qui peuvent vous les transmettre (rappelez-vous de l’Allégorie de la grenouille). Vous n’êtes pas parfait, personne ne l’est. Acceptez de ne pas savoir, de ne pas faire bien du premier coup, de faire des erreurs et d’apprendre de celles-ci, c’est comme ça que vous progresserez.

5. Sortez de votre zone de confort : peut-être est-ce par là que j’aurais du commencer ?! Vous pourrez difficilement avancer et réussir si vous continuer à faire ce que vous savez faire sans vous mettre en posture d’apprentissage, à savoir sortir de votre zone de confort. Avoir un projet, quel qu’il soit, peut signifier qu’il va vous falloir apprendre à désapprendre pour apprendre à nouveau. Sortir de sa zone de confort, c’est découvrir de nouvelles possibilités, de nouveaux horizons, faire des découvertes sur soi et ses capacités à aller puiser dans ses ressources. Sortir de sa zone de confort, c’est faire de nouvelles expériences, c’est là ou la magie opère !

(Vous pouvez mettre les sous titres de cette excellente vidéo en français en modifiant les paramètres de la vidéo)

6. Restez focalisé : ne vous comparez pas aux autres, il n’y a rien de plus démotivant (je sais de quoi je parle !). Se comparer aux autres est une très mauvaise manière de dépenser votre temps et votre énergie et surtout c’est une source de dévalorisation. Vous avez vos propres compétences, votre propre parcours qui fait de vous une personne unique. Alors, s’il vous plaît, ne vous égarez pas, restez focalisé sur votre objectif, cherchez l’inspiration pas la comparaison.

7. Résistez à vos peurs : votre objectif vous l’avez, vous le tenez, vous avez envie d’y aller mais  en même temps il y a de l’incertitude qui elle génère de l’anxiété, sentiment relié à l’émotion « peur ». Plus vous aurez d’émotions négatives comme la peur, plus vous perdrez de vos capacités. Alors pratiquez la politique des petits pas, une chose après l’autre qui vous permettront de générer plus facilement du succès et de ce fait des émotions positives sources de capacités intellectuelles accrues.

Pour ceux d’entre vous qui se sentent simplement découragés parce que vous avez l’impression que personne ne croit en vous, sachez que moi je crois en vous. Je crois que vous pouvez faire ce que vous avez décidez de faire, parce que vous avez les ressources pour le faire, pour contourner, dépasser les obstacles qui peuvent se dresser sur votre chemin.

Alors comment allez-vous résister et ne pas lâcher votre ou vos objectif(s) ?

Patricia

Contributrice www.meilleur-coaching.com Le coaching qui VOUS rend meilleur

L’écoute active, un joli mot, mais qui veut dire quoi exactement ?

On  parle d’écoute active aux commerciaux, aux professionnels de santé, aux thérapeutes, aux coachs, à toutes celles et ceux qui ont quelque chose à vendre… On leur explique que grâce à elle, ils comprendront mieux leurs clients, qu’ils feront plus de ventes ou auront de meilleurs relations avec leurs patients, leurs clients.

Mais l’écoute active, ça consiste en quoi précisément ?

Pour ma part, je m’autorise d’emblée à changer le mot contre écoute attentive qui me semble plus approprié.

Pour moi la bonne écoute et celle où j’ai la volonté de comprendre ce que me dit mon interlocuteur et je m’efforce d’être concentré à 100 %, voire même à 200 % sur ce qu’il me dit avec ses mots , mais aussi avec son corps, avec le ton de sa voix. C’est celle où je suis concentré sur ce qu’il ne dit pas mais qu’il témoigne dans ses mouvements, ses clignements d’oeil, ses battements de jambes, ses bras serrés… . Ce serait être attentif à tout ce qui se dégage de mon interlocuteur en quelque sorte.

L’écoute active, ça pourrait  aussi être l’écoute sincère, faire ressentir à notre interlocuteur qu’il est écouté, compris, entendu, important, plus que notre téléphone, notre ordinateur ou tout autre interférence. Ce serait grâce à notre écoute, renforcer son sentiment d’exister, d’appartenir à un groupe, le groupe de deux que nous formons le temps de la conversation.

Cette écoute là, est donc une écoute décidée et choisie, en ce qui me concerne, car naturellement j’avoue qu’en écoutant, chaque idée m’en donnant une autre, je peux avoir mille choses à dire pour chaque chose que l’on me dit. Le choix est donc d’écouter et d’écouter plus profondément en posant de questions de précisions, de détails, d’intérêt sincère et de rejeter tout envie de parler de soi. Quand on écoute, on ne parle pas.

Il me vient d’ailleurs à l’esprit la fameuse phrase que beaucoup d’entre vous connaissent « j’ai deux oreilles et une bouche c’est pour écouter deux fois plus que de parler !  »

Au final, notre interlocuteur est ravi d’avoir été sincèrement écouté et moi ravie de me rappeler ( même sans prise de note), grâce à toutes les précisions données de chaque personne et de chaque moment.

L’écoute sincère permet donc aussi, de mémoriser plus facilement l’échange, et de faciliter les rencontres ultérieures.

Votre influence s’en trouve d’ailleurs grandit, les gens trouvent toujours plus sympas les personnes qui les ont écoutés.
J’ai d’ailleurs toujours en tête cette anecdote que l’on m’a rapporté lors d’un séminaire commercial :

Un de mes collègues a décidé d’expérimenter l’influence de l’écoute en passant une soirée entière à ne poser que des questions et ne rien dire du tout le concernant . Il était invité avec son épouse pour un repas chez des amis, une dizaine de personnes étaient présentes et il a tenu son engagement. En rentrant, son épouse, non informée du test, lui a manifesté son mécontentement en lui indiquant qu’il aurai quand même pu faire l’effort de parler un peu plus avec les personnes invitées. Le lendemain l’hôtesse qui recevaient les invités a appelé l’épouse de mon collègue pour lui dire à quel point tout le monde avait adoré son mari et l’avait trouvé extrêmement intéressant  !!! Et il n’avait rien dit, il n’avait fait qu’écouter !

Ecouter est donc dans ce cas égal à Etre intéressant  !!!!

L’écoute attentive c’est aussi l’écoute sans jugement, c’est celle qui nous ouvre sur d’autres mondes, d’autres paradigmes, la vision des autres en supprimant au maximum les filtres de notre vision du monde.

C’est l’écoute emphatique qui nous fait comprendre les enjeux dans le discours de notre interlocuteur et de mieux lui répondre ou de mieux le servir, c’est celle qui nous permet de créer un lien réel. J’ai entendu récemment qu’une étude américaine aurai déterminé que les médecins emphatiques seraient moins poursuivis lors d’erreurs médicales que les médecins qui auraient fait leur job sans renvoyer à leurs patients le sentiment de les écouter.

Finalement c’est tout un art, c’est une compétence évidente et ça demande de l’entrainement.

Mais je crois sincèrement que ça en vaut la peine, et vous qu’en pensez-vous ?

 

Catherine

Crédit photo : Edouard Boubat

Ouverture du Blog et du site jour J

Le 19 octobre 2016, après une courte mais calme réflexion, nous décidons de mettre au monde aujourd’hui ce site et ce blog. Nous espérons que vous serez nombreux à nous suivre, nombreux à nous partager, nous recommander et encore plus nombreux à faire grandir votre joie de vivre à nos côtés.

Le 19 octobre sera donc notre date anniversaire. Les 364 autres dates de l’année seront donc nos non-anniversaires, à fêter aussi bien entendu comme il se doit !

L’équipe de meilleur-coaching