Réveillons la Reine qui est en nous

Réveillons la Reine qui est en nous

Quand un mot , un post sur les réseaux sociaux ou une image me touchent , ça donne un article…….Je le dédie à Christine Deloupy qui m’a inspirée avec le poste et l’image ci-dessous :

« Ouf! J’ai retrouvé ma couronne et ma baguette de fée! Je peux officiellement commencer ma semaine! Belle journée à tous!! »

20161218_185133

Plus je méditais sur cette photo et cette phrase, plus je percevais la vérité sous-jacente: quand nous étions petites, nous rêvions d’être des princesses, des fées, des reines ; mais sur le chemin, nous avons perdu notre baguette et notre couronne.

Laissez-moi vous ramenez dans l’enfance.

Que signifiait alors avoir une couronne et une baguette magique?

Nous pouvions nous imaginer un monde extraordinaire où tout était possible. Nous faisions d’ailleurs partie de ce monde et nous étions exactement la personne que nous désirions être. Nous avions le pouvoir de changer n’importe quelle situation pour la rendre meilleur , de créer un monde merveilleux dans lequel tout le monde vivait en harmonie avec soi et avec les autres.

Nous faisions du bien aux autour de nous et ce bien nous revenait démultiplié.Même la nature coopérait volontiers à nos projets car nos cœurs avaient de bonnes intentions. Nous étions en communion avec elle, nous l’aimions et la respections, et elle nous faisait don de ses largesses.

Nous avons perdu ce côté de l’enfance qui pourtant est nécessaire à mon sens. Il nous permet de faire exploser nos limitations afin de continuer de rêver grand et d’accomplir nos rêves.

Que s’est-il passé entre l’enfance et notre période adulte?

Nous avons tous été contaminés par la maladie de « Ce n’est pas possible » . Elle se traduit par les symptômes suivants : imagination qui marche au ralenti , du mal à imaginer et à rêver en grand,  peur d’être nous même , perte de notre estime de soi , de notre confiance en soi , et de notre identité , du mal à interagir avec le monde environnant , que ce soit les autres ou la nature , perte de notre raison de vivre et de de cette flamme passionnée de faire du bien autour de nous.

Il s’agit d’un virus qui se propage dans la société et nous nous contaminons les uns les autres. Nous avons tous attrapé cette maladie spirituellement transmissible qui nous a dit et nous répète sans cesse  « Ce n’est pas possible » lorsque nous tentons de nous aventurer hors de notre zone de confort. Elle insiste en disant que ce sont des contes de fées , que tout ça ne peut pas exister , que c’est la vie et qu’on n’y peut rien, que ce n’est pas pour nous étant donné que d’autres y arrivent car ils sont faits pour ça…….etc.

Heureusement il y a un remède à cette maladie et je suis ravie de vous le partager.

1. Retrouvons notre couronne et posons la sur nos têtes…..n’attendons pas que les autres le fassent pour nous. Notre bonheur dépend de nous.

Retrouver sa couronne signifie se réconcilier avec soi même , c’est retrouver notre identité, c’est trouver ce qui vibre en soi et devenir la meilleure version de soi-même.

Retrouver sa couronne , c’est retrouver cette relation équilibrée de soi à soi en étant bienveillant avec nous mêmes dans nos manquements et en célébrant toutes nos victoires. C’est oser être avant de faire.Ainsi , il devient plus aisé de faire, car nos actions sont parfaitement alignées avec notre être.

Retrouver notre couronne c’est se reconnecter à cet enfant qui osait rêver, qui croyait que « tout est possible, il suffit d’y croire très fort et d’aller chercher ce que l’on veut ».

Retrouver notre couronne c’est se reconnecter à cette force qui nous dépasse, cette énergie, la Providence, l’Univers , Dieu, selon comment vous le nommez , et croire que vos ressources sont inépuisables, et que vous allez y arriver.

2. Retrouvons nos baguettes magiques et transformons ce qui nous entoure.

Retrouver sa baguette magique c’est réaliser que nous sommes maitres de notre destin, que nous avons le pouvoir de décider de certaines circonstances, et de créer des opportunités qui nous amèneront vers notre vie rêvée.

Comme une reine , une fée , retrouver sa baguette magique c’est croire que ce que nous avons décidé , imaginé va se réaliser d’une manière ou d’une autre . C’est aussi prendre en considération que cela ne se présentera pas forcément comme on le veut et quand on le veut , mais que ce qui se présentera , arrivera en temps voulu et dépassera nos attentes.

Retrouver sa baguette magique c’est découvrir que nous avons deux options face à un contre temps ou un obstacle :  faire face et surmonter, ou se soumettre et retomber dans une attitude de victime avec tous les discours négatifs qui en découlent.

Retrouver sa baguette c’est aussi prendre la décision chaque matin de sourire quoi qu’il arrive et de recourir à tous les moyens pour protéger jalousement ce sourire. Pourquoi ne pas s’isoler pour respirer et reprendre le contrôle de ses émotions , aller faire un tour pour évacuer le stress , danser , aller faire un footing, méditer , écouter de la musique entraînante ou douce , peindre , écrire ….autant d’outils qui peuvent nous aider dans notre décision de garder le sourire en toutes circonstances.

Retrouver sa baguette magique c’est se rendre compte que nous avons un trésor à offrir au monde , c’est œuvrer à partager ce trésor afin non seulement de donner un sens à notre vie, ne plus la subir, et inspirer d’autres à briller de même dans leur couloir.

J’espère avoir éveiller en vous le désir de retrouver votre baguette magique et votre couronne pour commencer la semaine avec une nouvelle perspective. Et pourquoi pas commencer à réfléchir à ce que vous allez faire de 2017 avec cette baguette magique et cette couronne 🙂

Marisca Harel

Contributrice www.meilleur-coaching.com

Je vous souhaite de souhaiter

Cette année, j’ai décidé de ne pas attendre le jour de l’an pour partager encore et encore comme chaque année ce souhait que je fais pour nous tous, ce souhait que nous faisons au sein de meilleur-coaching pour tout le monde sur la planète.

Ce souhait, nos mots ne pourraient mieux l’exprimer que ceux de Brel, inusables, intemporels, exceptionnellement justes.

Nous vous souhaitons de ne jamais perdre l’envie de rêver, devant vous sont vos rêves, alors en avant pour les vivre !

Nous vous souhaitons de croire que vous avez toujours le choix, même dans les moments les plus compliqués, vous avez toujours le choix de croire qu’un jour meilleur vous attends, vous avez le choix de croire que vous êtes une personne importante qui peut tout tenter pour vivre ces rêves.

Jour après jour, petit pas après petit pas, vous avancerez et vous grandirez, vous vous rapprocherez de vous même, du vrai vous-même celui ou celle qui vous rendra heureux ou heureuse celui ou celle que vous serez fièr(e) d’avoir été(e)  à la sortie de votre vie.

Votre bonheur est entre vos mains, la vie est une table dressée, où il faut tendre les bras pour se servir, mettons nous en action, croyons que c’est possible, prouvons que c’est possible, refusons de nous laisser influencer par celles et ceux qui aiment entretenir la noirceur, mettons nous en mode solution !

Voilà le souhait que nous faisons, pour vous tous, à vos cotés pour vous soutenir,

Catherine et l’équipe de meilleur-coaching

www.meilleur-coaching.com Le coaching qui VOUS rend meilleur

« ….Le seul fait de rêver est déjà très important.

Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns.

Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier.

Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences.

Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil, des rires d’enfants.

Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir.

Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque.

Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie , à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable,  ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.

Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable. »

 

Jacques Brel

 

 

Etre ou avoir un ami ?

Etre ou avoir un ami ?

« L’amitié » on emploie souvent le mot, on parle de nos amis, nos vrais amis, nos faux amis. On se dit déçu en amitié, ou heureux plutôt en amour d’ailleurs. On a une ou un meilleur ami. On se dit amis de longues dates. On fait la différence entre nos amis, nos copains et nos connaissances.

Et si nous nous demandions ce qu’est « être un ami » ?

Sommes-nous amis d’office car nous nous connaissons de longue date ?

Sommes-nous amis parce que nous sortons régulièrement ensemble pour boire un verre ?

Sommes-nous amis parce nous nous appelons presque tous les jours pour nous raconter notre vie ?

Et si être ami de quelqu’un ça se prouvait par des actions ? Des actions où nous donnons de notre temps pour notre ami, sans attendre le moindre retour (si ce n’est que notre ami soit plus heureux) ? N’aurait-ce pas plus de sens ?

Notre vrai ami n’a pas besoin de nous appeler tous les jours, il a juste à répondre quand nous l’appelons avec le besoin ou la très forte envie de lui parler.

Notre vrai ami n’a pas besoin de venir boire un verre avec nous tous les samedis soir, mais c’est un ami s’il fait les 400 km qui nous séparent pour nous emmener danser le jour où nous avons le moral dans les chaussettes.

Notre vrai ami n’a pas besoin d’être dans notre carnet d’adresse depuis 20 ans, pour que nous nous disions que nous pouvons compter sur lui et le voir débarquer le jour de notre déménagement et porter les cartons avec entrain.

Notre vrai ami n’a pas besoin d’adhérer à nos choix, il est là quand il n’est pas d’accord, et il est encore là après quand la vie lui prouve qu’il avait raison, et en vrai ami il ne crie pas sur tous les toits qu’il avait raison.

Notre vrai ami ne nous critique pas, ne nous juge pas, il est simplement notre ami, parce qu’il a décidé de l’être, que aimer en amitié comme en amour est un verbe d’action et que c’est une décision qu’il a prise.

201827351_small

Notre vrai ami nous écoute attentivement, et cherche à nous comprendre.

Et si nous nous efforcions d’être ce vrai ami le plus souvent possible pour notre entourage?

Si nous décidions de donner de l’amitié, on ne pourrait plus être déçu sauf de nous même. Chaque personne qui nous inspirerait des sentiments, des émotions positives, nous pourrions décider d’être son ami de suite, sans délai. Car l’amitié qu’il recevra, sera pour lui une ressource incroyable pour dépasser ses limites, se sentir plus léger, plus heureux, et gagner en confiance, mais elle aura en plus le pouvoir d’être ressourçante autant pour nous que pour notre lui.

Ne ratons aucune occasion d’être présents quand il faut, pas tout le temps, juste quand il faut, au bon moment, au moment pour nos amis. Ne nous privons pas de cette énergie que nous procure notre amitié, celle que nous donnons.

Et pour vous l’amitié c’est quoi ?

Catherine www.meilleur-coaching.com

8bkwsxtsixjby13fsv7xzwindgk550x339

 

Hello November!! Hello Thanks Giving !! Mais en fait c’est quoi Thanks Giving ?

Hello November !!  Un article de Marisca Harel

Et voici le mois de novembre qui pointe le bout de son nez, apportant avec lui les belles couleurs de l’automne.

C’est le temps de profiter d’une bonne balade en forêt pour laisser toutes ces couleurs apaiser votre âme et vous procurer un sentiment de communion avec la nature.

C’est le temps des délicieux chocolats chauds, des matins ou après-midis emmitouflés sous un bon plaid pour regarder vos séries préférées.

Pour ceux qui en ont une, c’est le temps des bons feux de cheminée…..

C’est aussi le temps de la gratitude en Amérique. Vous connaissez cette fameuse fête plus communément connue sous le nom de « Thanks Giving »? Elle est célébrée aux Etats-Unis par les familles et amis autour d’un bon repas, le dernier jeudi du mois de novembre.

Selon la tradition, les Américains commémorent et remercient les Indiens et le Ciel d’avoir permis aux premiers pèlerins venus d’Angleterre de s’installer et de vivre sur le sol américain grâce aux bonnes récoltes qu’ils ont pu faire. Aujourd’hui, cette fête revêt un sens plus large : l’idée est de célébrer les bonheurs que l’on a pu recevoir tout au long de l’année.

J’aime beaucoup l’esprit de cette fête et je pense qu’on devrait faire de chaque jour un jour de  » Thanks Giving ». Alors vous me direz, pourquoi y accorder tant d’importance? Et bien, vous trouverez dans la gratitude le pouvoir de vous focaliser intentionnellement sur les aspects gratifiants, touchants, joyeux et épanouissants de votre vie. En vous y adonnant chaque jour, vous libèrerez une énergie positive qui vous permettra d’entamer chaque jour du bon pied.

Ne vous méprenez pas, je ne suis pas une adepte de la politique de l’autruche. Il s’agit ici d’adopter une psychologie positive, d’en faire un style de vie afin de tenir ferme durant les challenges de la vie. Il vous sera d’autant plus aisé d’y faire face car votre perspective aura changé. Vous prendrez par exemple l’habitude de célébrer vos victoires, de moins vous plaindre ou encore d’envisager ces challenges avec beaucoup plus de sérénité et de confiance.

La citation de Nelson Mandela  » Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends » prendra tout son sens.

En tant que Coach de vie une de mes missions est de vous introduire dans cet univers
de la psychologie positive afin de vous aider à explorer les différentes options, perspectives qui s’offrent à vous dans le cadre de votre développement personnel.

En fin de compte, la gratitude est un savant mélange entre la prise de contrôle sur ce qui est de votre responsabilité, et le lâcher prise par rapport aux choses qui ne dépendent pas de vous et sur lesquelles vous ne pouvez pas agir.

Ce pouvoir d’être maître de sa destinée vous grisera et vous permettra d’oser prendre des risques afin de sortir de votre zone de confort.

Alors, devenez un »gratitude-addict » et reprenez le contrôle de votre vie 🙂 !

Je terminerai par cette autre citation de Nelson Mandela  » Je suis maître de mon destin, Et capitaine de mon âme « 

Joyeux Novembre à tous 🙂

 Crédit photo : Keep Calm

 

 

Tu seras heureuse M. (Merci Mr Kipling)

Tu seras heureuse M.  (Merci Mr Kipling)

J’ai rencontré récemment dans le cadre de mon activité de coach une personne très inspirante, positive, avec des rêves et des visions Incroyables. En lui parlant, on a envie de la suivre, elle m’a fait confiance et a mis à nue toute sa fragilité et je l’ai trouvé encore plus solaire, rayonnante. A travers son discours d’une force incroyable, elle m’a rappelé le merveilleux poème de Kipling que certains d’entre vous connaissent.

Pourquoi ce poème ? Parce que Kipling a su, à travers ce texte nous faire prendre conscience que force et fragilité étaient tous les deux des talents qui se côtoient.

Il nous rappelle que c’est dans l’équilibre que nous trouvons la paix de l’esprit et que nous pouvons avancer avec certitude vers un monde qui nous semble meilleur.

Je le dédie donc à cette femme qui se reconnaîtra. Je le dédie aussi à toutes celles et ceux qui se perdent dans les extrêmes et ne savent pas toujours à quoi se raccrocher pour revenir au calme. Je le dédie à toutes celles et ceux qui veulent prendre ou reprendre les rênes de leur vie.

Je remercie Rudyard Kipling de cet outil incroyable, un message intemporel, qui m’a permis il y a longtemps déjà d’avoir un fil conducteur pour comprendre ce qu’est une vie équilibrée, une vie où on se sent quelqu’un, une vie qui a du sens.

Catherine

www.meilleur-coaching.com  Le coaching qui VOUS rend meilleur

Si, en anglais « If— », est un poème de Rudyard Kipling, écrit en 1895, et publié en 1910 dans Rewards and Fairies. Il lui a été inspiré par le Raid Jameson. Évocation de la vertu britannique de l’ère victorienne, comme Invictus de William Ernest Henley vingt ans plus tôt, ce poème est rapidement devenu très célèbre. Deux de ses vers sont notamment reproduits à l’entrée des joueurs du court central de Wimbledon. (Source : Wikipédia)

SI… de Rudyard Kipling (1918)

TU SERAS UN HOMME, MON FILS

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre,
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d’un mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère,
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n’être qu’un penseur ;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis,
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire
Tu seras un homme, mon fils.

LE POÈME ORIGINAL EN ANGLAIS

If you can keep your head when all about you
Are losing theirs and blaming it on you,
If you can trust yourself when all men doubt you.
But make allowance for their doubting too;
If you can wait and not be tired by waiting.
Or being lied about, don’t deal in lies,
Or being hated, don’t give way to hating,
And yet don’t look too good, nor talk too wise:

If you can dream —and not make dreams your master
If you can think —and not make thoughts your aim
If you can meet Triumph and Disaster
And treat those two impostors just the same;
If you can bear to hear the truth you’ve spoken
Twisted by knaves to make a trap for fools.
Or watch the things you gave your life to broken,
And stoop and build’em up with worn-out tools:

If you can make one heap of all your winnings
And risk it on one turn of pitch-and-toss,
And lose, and start again at your beginnings
And never breathe a word about your loss;
If you can force your heart and nerve and sinew
To serve your turn long after they are gone,
And so hold on when there is nothing in you
Except the Will which says to them: “Hold on!”

If you can talk with crowds and keep your virtue,
Or walk with Kings —nor lose the common touch,
If neither foes nor loving friends can hurt you,
If all men count with you, but none too much;
If you can fill the unforgiving minute,
With sixty seconds’ worth of distance run.
Yours is the Earth and everything that’s in it,
And —which is more— you’ll be a Man, my son!

 Crédit Photo : AZ QUOTE     http://www.azquotes.com

Je vois Ma vie à travers les lunettes de Mon vécu…et si j’essayais les vôtres ?

Et oui, c’est comme ça, la plupart d’entre nous pensons que le monde est, ou doit être, comme nous le voyons. Et nous le voyons, comme notre cerveau l’a construit avec nos apprentissages.

Bien sût tout ceci est inconscient. En clair, on ne se rend compte de rien.

On parle aujourd’hui de paradigme, c’est un mot de plus en plus fréquemment employé en psychologie, ou développement personnel.

Le paradigme c’est notre cadre de référence. C’est notre façon de voir le monde, de le percevoir, de le définir, de le comprendre. Cette façon d’interpréter le monde et ce qui nous arrive, est bien entendue la conséquence de notre vie, de nos expériences, de notre éducation, de notre vécu tout simplement. Toutes ces expériences créent des autoroutes de pensées desquelles nous ne sortons pas, des croyances qu’on dit limitantes, car notre vision du monde s’y limite.

Nous supposons avoir une vision universelle du monde et nos comportements, nos actes, nos jugements se basent sur cette vision.

Seulement voilà, chacun d’entre nous a SA vision, parce que heureusement chacun d’entre nous a un passé et des expériences différentes. Ceci, par ailleurs participe à notre personnalité voir même à note intégrité.

Alors, imaginer d’autres versions du monde, ce n’est pas si simple. Ca demande déjà d’accepter que les autres ont d’autres paradigmes et de trouver un intérêt à imaginer comment les autres peuvent voir le monde.

Et puis imaginer les versions des autres, ce n’est pas renoncer à sa version, c’est l’élargir.

Nous côtoyons tous des personnes que nous trouvons étroites d’esprit (en fait elles n’ont pas notre vision tout bêtement), alors tentons d’être plus ouverts aux perceptions des autres, élargissons nos visions, pour tout simplement accepter calmement des situations qui sans cela nous dérangeraient.

En acceptant d’autres paradigmes, notre vision devient absolument plus objective. Et pour toute celles et ceux qui veulent faire du non jugement une valeur ancrée dans leur quotidien, l’exercice facilite quand même beaucoup la tâche.

En coaching on ne travaille pas sur SON passé (ou très peu) on explore les possibilités permettant d’avancer vers des objectifs à atteindre devant soi. Mais pour atteindre ces objectifs devant soi, élargir sa vision, accepter, voire imaginer que les autres ont un passé qu’ils portent avec eux dans ce qu’ils sont et ce qu’ils font, est une arme essentielle pour être serein dans la réussite des défis que l’on se lance.

Alors, et vous, êtes vous prêt aux changements de paradigmes ?

 

Catherine

www.meilleur-coaching.com

 

Credit photo : Lunettes Femmes d’aujourd’hui

L’écoute active, un joli mot, mais qui veut dire quoi exactement ?

On  parle d’écoute active aux commerciaux, aux professionnels de santé, aux thérapeutes, aux coachs, à toutes celles et ceux qui ont quelque chose à vendre… On leur explique que grâce à elle, ils comprendront mieux leurs clients, qu’ils feront plus de ventes ou auront de meilleurs relations avec leurs patients, leurs clients.

Mais l’écoute active, ça consiste en quoi précisément ?

Pour ma part, je m’autorise d’emblée à changer le mot contre écoute attentive qui me semble plus approprié.

Pour moi la bonne écoute et celle où j’ai la volonté de comprendre ce que me dit mon interlocuteur et je m’efforce d’être concentré à 100 %, voire même à 200 % sur ce qu’il me dit avec ses mots , mais aussi avec son corps, avec le ton de sa voix. C’est celle où je suis concentré sur ce qu’il ne dit pas mais qu’il témoigne dans ses mouvements, ses clignements d’oeil, ses battements de jambes, ses bras serrés… . Ce serait être attentif à tout ce qui se dégage de mon interlocuteur en quelque sorte.

L’écoute active, ça pourrait  aussi être l’écoute sincère, faire ressentir à notre interlocuteur qu’il est écouté, compris, entendu, important, plus que notre téléphone, notre ordinateur ou tout autre interférence. Ce serait grâce à notre écoute, renforcer son sentiment d’exister, d’appartenir à un groupe, le groupe de deux que nous formons le temps de la conversation.

Cette écoute là, est donc une écoute décidée et choisie, en ce qui me concerne, car naturellement j’avoue qu’en écoutant, chaque idée m’en donnant une autre, je peux avoir mille choses à dire pour chaque chose que l’on me dit. Le choix est donc d’écouter et d’écouter plus profondément en posant de questions de précisions, de détails, d’intérêt sincère et de rejeter tout envie de parler de soi. Quand on écoute, on ne parle pas.

Il me vient d’ailleurs à l’esprit la fameuse phrase que beaucoup d’entre vous connaissent « j’ai deux oreilles et une bouche c’est pour écouter deux fois plus que de parler !  »

Au final, notre interlocuteur est ravi d’avoir été sincèrement écouté et moi ravie de me rappeler ( même sans prise de note), grâce à toutes les précisions données de chaque personne et de chaque moment.

L’écoute sincère permet donc aussi, de mémoriser plus facilement l’échange, et de faciliter les rencontres ultérieures.

Votre influence s’en trouve d’ailleurs grandit, les gens trouvent toujours plus sympas les personnes qui les ont écoutés.
J’ai d’ailleurs toujours en tête cette anecdote que l’on m’a rapporté lors d’un séminaire commercial :

Un de mes collègues a décidé d’expérimenter l’influence de l’écoute en passant une soirée entière à ne poser que des questions et ne rien dire du tout le concernant . Il était invité avec son épouse pour un repas chez des amis, une dizaine de personnes étaient présentes et il a tenu son engagement. En rentrant, son épouse, non informée du test, lui a manifesté son mécontentement en lui indiquant qu’il aurai quand même pu faire l’effort de parler un peu plus avec les personnes invitées. Le lendemain l’hôtesse qui recevaient les invités a appelé l’épouse de mon collègue pour lui dire à quel point tout le monde avait adoré son mari et l’avait trouvé extrêmement intéressant  !!! Et il n’avait rien dit, il n’avait fait qu’écouter !

Ecouter est donc dans ce cas égal à Etre intéressant  !!!!

L’écoute attentive c’est aussi l’écoute sans jugement, c’est celle qui nous ouvre sur d’autres mondes, d’autres paradigmes, la vision des autres en supprimant au maximum les filtres de notre vision du monde.

C’est l’écoute emphatique qui nous fait comprendre les enjeux dans le discours de notre interlocuteur et de mieux lui répondre ou de mieux le servir, c’est celle qui nous permet de créer un lien réel. J’ai entendu récemment qu’une étude américaine aurai déterminé que les médecins emphatiques seraient moins poursuivis lors d’erreurs médicales que les médecins qui auraient fait leur job sans renvoyer à leurs patients le sentiment de les écouter.

Finalement c’est tout un art, c’est une compétence évidente et ça demande de l’entrainement.

Mais je crois sincèrement que ça en vaut la peine, et vous qu’en pensez-vous ?

 

Catherine

Crédit photo : Edouard Boubat

Miracle Morning and Happy day

 

Avez-vous entendu parlé du « Miracle Morning »?

Dans les rayons des librairies et même de la bibliothèque ont poussé ces derniers mois des livres parlant tous du même sujet : Comment avoir une meilleur journée, en se levant plus tôt ?  « The Miracle Morning, offrez vous un supplément de vie » c’est le titre du livre de Hal Elrod. C’est celui dont je vais vous parler un peu puisque je l’ai lu, recommandé et même offert pour son anniversaire à une amie épuisée, qui à ce jour à réussi à reprendre en main sa vie et confirme que cette lecture a contribué à sa remise dans les rails. Mais si vous cherchez d’autres ouvrages sur le sujet vous en trouver des tonnes.

Hal Elrod est conférencier en développement personnel et marathonien. Il propose une méthode en 30 jours pour changer ses habitudes, à adapter selon son profil et ses objectifs bien sur. Il s’engage sur des bénéfices immédiats : sentiments d’apaisement, envie de vivre par et pour vous même.

La méthode : De 5H30 à 7H30 il nous donne rdv avec le succès  grâce à des petites actions récurrentes pour bien démarrer la journée. Pourquoi à cette heure là ? Tout simplement, parce que c’est la seule heure où on est sur de pouvoir faire ces fameux savers à répéter tous les matins. Et oui une fois pris dans le tourbillon de la journée, les bonnes résolutions sont plus dures à tenir.

J’ai testé pour vous et j’adore l’idée, mais j’avoue que sortir une heure plus tôt de mon lit reste encore difficile, mais je ne désespère pas. Mon amie à qui j’ai offert le livre, se lève désormais 45 minutes plus tôt et s’offre 45 minutes pour elle contre zéro avant et confirme qu’elle se sent beaucoup mieux. Une autre de mes amies en pleine lecture du livre l’adore déjà. Je me suis aussi inscrite sur le groupe Facebook ( il y en a un en américain et un en français) et là je suis époustouflée tous les jours de voir les commentaires ultra stimulants des gens positifs de ce groupe qui s’entraident en échangeant sur leurs résultats, leurs difficultés et toutes leurs bonnes idées.

Je vous recommande donc ce livre sans restriction, et tous vos commentaires de lecture sont les bienvenus !

 

Catherine

 

Crédit photo : inconnu

La psychologie positive ?

S’organiser une vie plus agréable, se réjouir des bons moments, trouver un sens à sa vie, se concentrer sur l’essentiel, remercier les bonnes personnes, s’engager dans des relations épanouissantes, être en gratitude

Martin Seligman un des pères de la psychologie positive nous explique clairement sur Ted son approche différente de la psychologie, une psychologie moderne qui s’intéresse au développement personnel des personnes sans pathologie.

Chez Meilleur-coaching on adhère totalement et vous ?

Les temps calmes Acte II

J’aimerai apporter un éclairage nouveau à l’article précédent.

J’espère que le premier article a donné envie a chacun et chacune de se bloquer dans son agenda au moins 10 minutes de temps calme par jour, pour reposer son cerveau et faire jaillir les meilleures idées de la journée.

D’ailleurs, si certains ou certaines d’entre vous veulent apporter leurs témoignages au sujet des bienfaits des temps calmes qu’ils prennent, je suis certaines que tous les lecteurs seront heureux de ce partage.

Toutefois, je souhaiterai vous alerter sur l’excès de temps calmes, et ai trouvé cette présentation dans le livre de Jennifer B. Kahnweiler tout à fait pertinente.

Jennifer B.K nous dit que « Trop de temps calme = Danger »

Et oui, au bout d’un moment le cerveau génère des idées qui entraine la paralysie de la création. Des milliers d’idées restent mortes dans nos temps calmes sans voir le jour.

Si l’on considère que le temps calme est un moment de recharge énergétique, chaque instant au delà du niveau de charge optimum est contre-productif ! L’abus entraine l’épuisement de l’énergie et parfois même l’isolement et la dépression.

Alors, selon elle, évitons le trop plein d’introspection, dès que l’on constate qu’au cours d’un temps calme on commence à ressasser les mêmes idées, que l’on apprends rien de nouveau, il est temps d’arrêter le temps calme.

Rester planté dans l’auto-analyse peut nous planter trop longtemps dans la rumination du passé, alors mieux vaut éviter !

Rester dans la solitude peut aussi faire perdre des opportunités et la différence de perception de la réalité entre en action.

Et puis pour conclure avec deux phrases que j’adore :

« La chance, c’est les opportunités que l’on se crée. »

et

« Seuls ceux qui sortent s’en sortent!

Alors comme dirait une coach que j’adore qui se reconnaîtra : #GO GO GO

Catherine

 

Les temps calmes Acte I

https://meilleur-coaching.com/blog/la-chance-une-competence-qui-se-travaille/